Sommaire et résumés du n° 117
Collection de documentaires « Paroles d'archives »
Éditorial : Philippe Mesnard (Rédacteur en chef) : Peau neuve – mode d’emploi


Agenda

Actualités

  • Luba Jurgenson : Les tueries à l’Est
  • Ada Grudzinski :Exposer les photographies des ghettos juifs en Pologne
  • Isabelle Galichon : « La solidarité des petits gestes »
  • Daniel Weyssow : Rwanda 94. Une tentative de réparation symbolique envers les morts
  • Entretien avec Louise Moaty : L’opéra du ghetto vitrine  – Luba Jurgenson : Critique
  • Isabelle Galichon : « Seul dans Berlin »
  • Gabriel Raichman : No : l’image comme trace historique

 
L’entretien : Pascal Convert : « J’entrouvre des portes ou des fenêtres sur des trous noirs de l’histoire »


Portfolio : Photographies d'Alexis Cordesse : Rwanda, blessures d’images

 

Dossier : Amis ? Ennemis ? Relations entre mémoires

Dirigé par Philippe Mesnard

  • Philippe Mesnard : Présentation

  • Entretien avec Olivier Luminet (Professeur de psychologie à l’Université catholique de Louvain-la-Neuve ; maître-d’oeuvre du recueil collectif Belgique - België. Un État, deux mémoires collectives, Mardaga, 2012, publié également en néerlandais) : La Belgique, comme un triangle à deux côtés

  • Danielle Rozenberg (Institut des Sciences sociales du Politique, CNRS / Université Paris Ouest) : La mémoire du franquisme dans la construction de l’Espagne démocratique : Les voies incertaines d’une réconciliation nationale

  • Catherine Brun (Paris III Sorbonne-Nouvelle) : Histoire, ignorances, mémoire(s) : Quel(s) savoir(s) pour quelle(s) mémoire(s) de la guerre d’Algérie ?

  • Meir Waintrater : La toute-puissance des victimes
    Israël et le Rwanda, États marqués par la mémoire d'un génocide, sont tous deux critiqués aujourd'hui pour un usage exagéré de la force dans les relations avec leurs voisins. Fondées ou non, ces critiques retournent, contre les anciennes victimes et leurs descendants, un argument qui était au cœur de la propagande prégénocidaire : celui d'une dangereuse puissance cachée sous une apparente faiblesse. Si le faible (la victime) est encore dans le fort (l'État), ne faut-il pas en déduire que le fort était déjà dans le faible ? La fantasmatique toute-puissance attribuée aux victimes risque alors de justifier des discours visant à la stigmatisation de celles-ci.

  • Christian Biet (Université Paris Ouest-Nanterre IUF) : Les leçons de l’Édit de Nantes ou les théâtres de la catastrophe (XVIe-XVIIe siècles vs XXe-XXIe siècles)
    Dans une perspective heuristique, cet article compare deux périodes qui, l’une et l’autre, ont dû supporter la charge d’une catastrophe majeure, difficilement pensable, une catastrophe juste passée, et en parler malgré tout, de toute urgence, pour l’intégrer, ou non, dans le monde d’après. Ces deux périodes sont marquées par l’émergence et la constitution de deux mémoires : la mémoire des guerres du XVIe siècle au XVIIe siècle, et plus particulièrement la mémoire des guerres de Religion qui hante les esprits et les textes de la première partie du XVIIe siècle, et la mémoire relative à la Seconde Guerre mondiale et à la catastrophe d’Auschwitz, qui marque absolument notre présent. Ce sont deux périodes de « l’après » qui tentent, par leur théâtre, de consigner la catastrophe et la violence, de les figurer et, en les figurant, de les penser. Et, en considérant ce parallèle, on comprend que le théâtre, dans les questions qu’il pose, dans le dispositif qu’il installe et dans les formes qu’il propose, réagit aux catastrophes et aux dispositions que le pouvoir, ou l’opinion, propose vis-à-vis d’une mémoire possible des événements ou vis-à-vis d’un oubli nécessaire à l’harmonie du monde d’après. Dès lors la production théâtrale oscille entre un devoir de mémoire ou un devoir d’oubli, la nécessité de revenir à l’horreur ou la volonté de la dépasser malgré tout, l’impossibilité d’occultation face à la nécessité de concorde, l’expérimentation du détour par d’autres espaces, d’autres temps, par d’autres fables historiques pour parler de ce qui s’est passé.

  • Philippe Mesnard : Mémoires « en progrès » (II)

  • Bibliographie sélective
 
Varia
  • Luc Rasson (Université d’Anvers) : Quand Hitler prend la parole. À propos de Timur Vermes, Er ist wieder da (2012)

  • Frediano Sessi (Université de Mantoue) : Schirmeck-La Broque, Struthof

  • Andreas Huyssen (Université Columbia, New York) : Le théâtre d’ombres : un instrument de la mémoire dans l’art contemporain (Conférence prononcée le 11 décembre 2012 à la Bibliothèque royale de Belgique dans le cadre du cycle de conférences et débats de l’ASBL Mémoire d’Auschwitz)
    Vidéo de la conférence (en anglais)

Librairie
  • Compte rendu de trois ouvrages par Albert Mingelgrün :
    • Jean Molla, Sobibor, Paris, Belin-Gallimard, coll. « Classicocollège », 2011, 216 p.
    • Laurent Binet, HHHH, Paris, Grasset, 2010, 446 p.
    • Dominique Sigaud, Franz Stangl et moi, Paris, Stock, 2011, 224 p.
  • François Saintonge, Dolfi et Marilyn, Paris, Grasset et Fasquelle, 2013, 287 p.
    Compte rendu par Karine Roy
  • Valentine Goby, Kinderzimmer, Paris, Actes Sud, 2013, 224 p.
    Compte rendu par Isabelle Galichon
  • Jacques Le Rider, Les Juifs viennois à la Belle Époque, Paris, Albin Michel, 2013, 354 p.
    Compte rendu par Colette Gutman
  • Yannick Malgouzou, Les camps nazis. Réflexions sur la réception littéraire française, Paris, Classiques Garnier, coll. « Littérature, histoire, politique », 2012, 616 p.
    Compte rendu par Paul Bernard-Nouraud
  • Annie Epelboin, Assia Kovriguina, La littérature des ravins, préface de Catherine Coquio, Paris, Robert Laffont, 2013, 288 p.
    Compte rendu par Michel Enaudeau
  • Gordon J. Horwitz, Ghettostadt. Lodz et la formation d’une ville nazie, Paris, Calmann-Lévy/Mémorial de la Shoah, 2012, 375 p.
    Compte rendu par Michel Enaudeau
    Compte rendu par Jean-François Forges
  • Geoffrey Grandjean, Jérôme Jamin, La concurrence mémorielle, Paris, Armand Colin, 2011, 256 p.
    Compte rendu par Anthony Michel
  • Ladislaus Löb, L’affaire Kasztner. Le Juif qui négocia avec Eichmann, Waterloo, André Versaille, 2013, 302 p.
    Compte rendu par Henri Goldberg
  • Sylvie Lindeperg, La voie des images. Quatre histoires de tournage au printemps-été 1944, Lagrasse, Verdier, coll. « Histoire », 2013, 282 p.
    Compte rendu par Anne Roche
  • Henry Rousso, La dernière catastrophe. L’histoire, le présent, le contemporain, Paris, Gallimard, coll. « Essais », 2013, 352 p.
    Compte rendu par Nancy Berthier

Dictionnaire testimonial et mémoriel
  • Mylène Herry : Commission de la Vérité et de la Réconciliation (CVR) : La cas péruvien
  • Paul Bernard-Nouraud : Muselmann
  • Isabelle Galichon : Récit de soi
  • Régine Waintrater : Témoignaire
  • Frédéric Crahay : Tourisme mémoriel
  • Luba Jurgenson : Trace
  • Frediano Sessi : Zone grise
  • Daniel Weyssow : Site mémoriel : Les caves de la Gestapo à Bruxelles

À lire / à voir

Laboratoire mémoriel
Rémi Korman (EHESS - École des Hautes Études en Sciences Sociales) : Rwanda (I) : Vingt ans après : mémoire du génocide des Tutsi
 
Nos activités sont soutenues par :logo loterie fr logo_fwb   logo_bnb_fr       Nous sommes membre du BCH : 

Contact

Fondation Auschwitz – Mémoire d'Auschwitz ASBL
Rue aux Laines, 17 boîte 50 – B-1000 Bruxelles

   +32 (0)2 512 79 98
   +32 (0)2 512 58 84
   info@auschwitz.be

Bureaux ouverts du lundi au vendredi de 9 h 30 à 16 h,
accès de préférence sur rendez-vous.

twfbytin

Devenir membre

Pour devenir membre adhérent de la Mémoire Auschwitz ASBL, pour participer à ses activités et soutenir ses actions, il suffit de nous contacter et de verser la somme de 40,00 € au compte n° 310-0780517-44 (IBAN : BE55 3100 7805 1744 – BIC : BBRUBEBB)

Tout don supérieur à 40,00 € donnera lieu à une exonération fiscale pour les contribuables belges. 

S'abonner

à notre newsletter en français

catchme refresh
Joomla Extensions powered by Joobi