À l'occasion des 75 ans de la Libération des camps nazis, nous mettons en ligne de nouveaux extraits de témoignages de rescapés des camps.


En effet, en 2015, à l'occasion du 70e anniversaire, l'ASBL Mémoire d'Auschwitz avait déjà proposé une exposition consacrée à la fin des camps et au retour des survivants, accompagnée d'extraits de témoignages visibles aussi sur notre site.

Vous pouvez visionner ces deux séries d'extraits de témoignages sur la page de notre site web Exposition « La libération des camps et le retour des déportés ».

X. Delogne - Libération de Nordhausen


X. Delogne - Libération de NordhausenH. Kichka - Libération de BuchenwaldM. Mehler - Libération de Bergen-Belsen

K. Lakatos - Libération de SachsenhausenV. Malbecq - Libération de WöbbelinJ. Triffet - La tragédie de la Baie de Lübeck

R. Raindorf - Libération de Mauthausen 


Voici quelques informations sur ces libérations :

Camp de Nordhausen (témoignage de Xavier Delogne)

Il y a 75 ans, le 11 avril 1945, le camp de Nordhausen était libéré.

Camp satellite du complexe concentrationnaire de Dora, Nordhausen était constitué d'un ensemble de hangars et garages pour blindés. Le 3 avril 1945, le camp est bombardé par l'aviation américaine qui ignore que ces installations sont un camp de concentration. Le bombardement est terriblement meurtrier, car les déportés sont contraints par les SS de rester dans les bâtiments. Lorsque le camp est libéré par les troupes américaines, celles-ci découvrent près de 3 000 cadavres qui jonchent le sol.

Parmi les survivants, Xavier Delogne qui nous a confié son témoignage. Il évoque ces terribles moments qui ont précédé la libération du camp.


Camp de Buchenwald (témoignage d'Henri Kichka)

Il y a 75 ans, le 11 avril 1945, le camp de Buchenwald était libéré.

À la fin de la guerre, Buchenwald est l’un des plus grands camps de concentration établis par les nazis en Allemagne. Il est découvert par les troupes américaines en même temps que Nordhausen. En milieu de journée, le Comité international clandestin du camp qui rassemble les groupes de résistance prend le contrôle du camp en partie évacué par les SS. Quelques heures plus tard, les troupes américaines pénètrent dans le camp et libèrent 21 000 détenus.

Henri Kichka, qui a vécu les derniers jours du camp enfermé dans son baraquement sans nourriture et sans eau, nous raconte comment il a perçu cet évènement.


Camp de Bergen-Belsen (témoignage de Maria Mehler)

Il y a 75 ans, le 15 avril 1945, le camp de Bergen-Belsen était libéré.

Deux jours auparavant, les SS ont quitté les lieux après un accord passé avec les troupes britanniques. Lorsque celles-ci pénètrent dans le camp, elles découvrent d’immenses étendues de cadavres qui jonchent le sol et soixante mille survivants malades et affamés croupissant dans leurs baraques.
Avec la décomposition du Reich, des dizaines de milliers de déportés en provenance d’autres camps ont été acheminés vers Bergen-Belsen. La surpopulation, le manque de nourriture et d’infrastructures et surtout les épidémies ont fait de ce camp un véritable mouroir.
Des 50 000 victimes de Bergen-Belsen, 35 000 sont décédées entre janvier 1945 et la libération.

Évacuée de Silésie en janvier 1945, Maria Mehler a survécu aux marches de la mort et aux terribles conditions de vie de Bergen-Belsen. Elle nous raconte la libération du camp.


Camp de Sachsenhausen (témoignage de Katalin Lakatos)

Il y a 75 ans, le 22 avril 1945, les troupes soviétiques libéraient le camp de Sachsenhausen

Face à l’avancée des Alliés, l’évacuation générale du camp a lieu le 21 avril 1945. Restent sur place 3 000 malades et mourants ainsi que des détenus médecins et infirmiers pour veiller sur eux. Ils sont libérés le lendemain par un détachement de la 47e armée soviétique. Des 35 000 prisonniers qui ont été entraînés sur les routes la veille, un tiers périra d’épuisement ou sera abattu par les SS, tandis que les survivants seront libérés le 1er mai à 170 kilomètres de Sachsenhausen.
De son édification en 1936 jusqu’à la libération, on estime que 200 000 personnes ont été internées à Sachsenhausen. Des dizaines de milliers de déportés y ont péri de faim, de maladies, de mauvais traitements, du travail forcé, d’expérimentations médicales ou de massacres perpétrés par les SS.

Katalin Lakatos, affectée au commando de Berlin Schönholz, est rapatriée au camp de Sachsenhausen quelques jours avant l’évacuation générale. Elle nous raconte la libération du camp.


Camp de Wöbbelin (témoignage de Victor Malbecq)

Il y a 75 ans, le 2 mai 1945, Wöbbelin, camp annexe de Neuengamme, était libéré.

Le camp de Wöbbelin, initialement conçu pour interner des prisonniers de guerre américains et britanniques, ne fonctionne que les dix dernières semaines de la guerre. À la mi-avril 1945, il intègre de nombreux convois provenant de divers camps annexes de Neuengammme. Wöbbelin qui n’est pas équipé pour accueillir autant de détenus devient un véritable mouroir. Les déportés y sont abandonnés à eux-mêmes sans nourriture et dans des conditions d’hygiène effroyables. Le 1er mai 1945, face à l’avance des Alliés, les SS tentent encore de déplacer les prisonniers par train, mais la destruction des voies de chemin de fer et les bombardements les en empêchent. À Wöbelin comme dans la plupart des camps, la libération est un non-évènement militaire, les gardes SS ayant quitté le camp le 2 mai 1945 vers midi. Le même jour, dans l’après-midi, les soldats américains de la 82e division aéroportée découvrent Wöbbelin et ses centaines de détenus morts de faim et de maladies.

Pour évoquer cet épisode, nous vous proposons un extrait du témoignage de Victor Malbecq, ancien président de l’Amicale belge de Neuengamme. Arrêté au mois d’août 1944, Victor Malbecq est déporté au camp de Neuengamme avant d’être transféré trois jours plus tard au camp annexe de Shandelah. Le 15 avril, il est évacué à Wöbbelin d’où il est libéré deux semaines plus tard.


Baie de Lübeck (témoignage de Jules Triffet)

Il y a 75 ans, le 3 mai 1945, avait lieu la tragédie de la baie de Lübeck

Face à l’avancée des troupes britanniques, le camp de concentration de Neuengamme est évacué à partir du 20 avril 1945. Comme plus aucun camp n’est en mesure de recevoir ses déportés, ceux-ci sont transportés vers Lübeck, sur la mer Baltique. Là, les prisonniers sont embarqués sur deux cargos : le Thielbek et l’Athen. Un bateau de croisière, le Cap Arcona qui mouille dans la baie, prend également des détenus. Entre 9 000 et 10 000 déportés se trouvent à bord des trois bateaux.
Le 3 mai 1945, des avions britanniques croyant empêcher le repli de troupes allemandes par la mer Baltique bombardent les navires. Le Cap Arcona prend feu et chavire pendant l’attaque tandis que le Thielbek sombre rapidement. Les détenus n’ont que très peu de chance de se sauver ; plus de 7 000 d’entre eux périssent dans les flammes, se noient ou sont abattus en parvenant sur les plages. Seuls 450 déportés survivent. Parce que son capitaine a hissé le drapeau blanc, l’Athen, ancré à ce moment-là au port de Neustadt, échappe au bombardement. Deux mille déportés échappent ainsi à la mort.

Parmi les rescapés de l’Athen, Jules Triffet qui nous relate cet évènement tragique.


Camp de Mauthausen (témoignage de René Raindorf)

Il y a 75 ans, le 5 mai 1945, libération du camp de Mauthausen.

Situé en Autriche, près de Linz, le camp de Mauthausen compte parmi les plus terribles du système concentrationnaire nazi ; le taux de mortalité y est un des plus élevés. Toutes les activités du camp gravitent autour d’une carrière de granite et des constructions de tunnels dans les camps annexes de Gusen, Melk et Ebensee. Les déportés meurent d’épuisement au travail, mais aussi en raison des mauvais traitements, de la sous-alimentation, du froid et du manque de soins. Des milliers d’entre eux sont par ailleurs assassinés par fusillade, injection ou dans la chambre à gaz. À côté de la grande majorité des prisonniers soviétiques et polonais, Mauthausen enferme des résistants et des opposants de toutes nationalités.
À partir de l’automne 1944, des milliers de déportés, principalement des Juifs, venant des camps de l’Est sont évacués vers Mauthausen. À ce premier afflux de détenus s’ajoute, au printemps 1945, celui des prisonniers provenant des camps annexes de Mauthausen. La surpopulation, la faim et les maladies font des ravages. La moitié des 90 000 détenus morts à Mauthausen le sont au cours des quatre mois précédant la libération. Le 5 mai 1945, des unités de l’armée américaine entrent dans le camp de Mauthausen où elles font face à l’horreur. Plus de 10 000 corps jonchent le sol ; 3 000 prisonniers mourront au cours des semaines qui suivent la libération.

René Raindorf est arrivé à Mauthausen, en janvier 1945, en provenance d’Auschwitz. Il nous raconte comment il a vécu les mois qui ont précédé la libération du camp... qu’il n’a pas eu la force de célébrer.



Informations sur d'autres libérations de camps (sans extrait de témoignage) :


Camp de Flossenbürg

Il y a 75 ans, le 23 avril 1945, les troupes américaines libéraient le camp de Flossenbürg.

Situé au cœur d'une forêt dans le nord de la Bavière, près de la frontière tchèque, Flossenbürg est le quatrième camp de concentration ouvert par les nazis. Si les 1 500 premiers détenus arrivés en 1938 sont des « triangles verts » (délinquants et « asociaux »), les prisonniers politiques y deviendront cependant majoritaires. Le camp est sans cesse agrandi et dans la seconde moitié de la guerre, Flossenbürg reçoit, en plus des résistants polonais et des prisonniers de guerre soviétiques, un nombre croissant de résistants français, hollandais et belges (1 137 Belges ont été déportés à Flossenbürg). À l’automne 1944, avec l’évacuation des camps de l’Est, un grand nombre de convois convergent vers Flossenbürg si bien qu’en janvier 1945, le camp et son réseau de camps annexes comptent environ 40 000 détenus (dont 11 000 femmes).
La majorité des prisonniers travaillent dans les usines d’armement (Messerschmitt) ou dans les carrières. Un rythme de travail infernal, la sous-alimentation, le manque d'hygiène, les brutalités infligées par les SS et les maladies comme la dysenterie et le typhus provoquent la mort de plusieurs dizaines de milliers de prisonniers.
Devant l’avancée des troupes alliées, le camp est évacué le 20 avril 1945. 7 000 prisonniers meurent lors de cette marche forcée alors que les survivants sont libérés le 23 avril 1945 sur la route par une colonne blindée américaine. Le même jour, le camp est libéré par un régiment de la 90e division d’infanterie américaine qui y découvre environ 1 600 détenus malades et affaiblis dont 200 mourront dans les jours suivants.
Près de 97 000 prisonniers (dont 16 000 femmes) sont passés par Flossenbürg entre 1938 et 1945. Environ 30 000 y ont perdu la vie.


Camp de Dachau


Il y a 75 ans, le 29 avril 1945, le premier camp de concentration nazi, Dachau, était libéré.

Créé dès 1933, le camp de Dachau est destiné, à l'origine, aux prisonniers politiques allemands avant de devenir également un lieu d’internement pour les Tziganes, les Témoins de Jéhovah, les homosexuels et enfin les Juifs à partir de 1938. Pendant la guerre, Dachau et ses nombreux camps satellites, érigés à proximité d’usines d’armement, constituent un réservoir de main-d’œuvre pour le Reich. Les travaux forcés, les mauvais traitements, le manque de nourriture et d'hygiène provoquent la mort de milliers de détenus. Les pseudo-expériences médicales auxquelles ils sont soumis causent également des centaines de décès.
En 1945, l’arrivée continue de prisonniers en provenance d’autres camps amène la surpopulation ; les conditions de vie des prisonniers se détériorent fortement et le typhus fait des ravages.
Lorsque les troupes américaines arrivent à Dachau, la défense du camp est réduite au minimum, seuls quelques combats sporadiques se déroulent avec les unités SS encore présentes. Sur la voie de chemin de fer qui jouxte le camp, les Alliés découvrent une trentaine de wagons de marchandises contenant les cadavres de 2 000 prisonniers venant de Buchenwald.


Camp de Ravensbrück

Il y a 75 ans, le 30 avril 1945, l’Armée rouge atteignait Ravensbrück, camp de concentration pour femmes.

Ouvert en mai 1939, Ravensbrück est le plus grand camp pour femmes du Reich. À partir d'avril 1941, des hommes y sont également détenus, mais dans un camp annexe. Le camp fournit une main-d'œuvre féminine aux exploitations agricoles et industrielles des environs. Une quarantaine de sous-camps dépendent de Ravensbrück dont beaucoup sont installés à côté de fabriques d’armes. Les détenues qui proviennent de tous les pays d'Europe occupée effectuent un travail harassant et subissent de nombreux sévices. Lorsqu’elles sont jugées inaptes au travail, elles sont abattues, tuées par injection létale, gazées ou utilisées comme cobayes pour des pseudo-expériences médicales.
Au mois de mars 1945, tandis que les SS commencent à transférer des détenues vers d’autres camps au centre de l’Allemagne, l’intervention de la Croix-Rouge suédoise permet la libération de 7 500 prisonnières. Le 27 avril, le camp est évacué et les derniers SS présents prennent la fuite le 29 avril. Lorsque les Soviétiques atteignent Ravensbrück le lendemain, il ne reste que 3 000 détenues dont beaucoup meurent dans les jours qui suivent.
Au total, plus de 120 000 femmes ont été incarcérées à Ravensbrück. On estime que 90 000 sont mortes d’épuisement, de faim, exécutées ou gazées. Plusieurs centaines d’enfants sont nés dans le camp et n’ont pas survécu pour la plupart.

 

 

8 mai 1945 – Victoire des Alliés sur l'Allemagne nazie et fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe marquée par l'annonce de la capitulation de l'Allemagne

Il y a 75 ans, l'Allemagne nazie capitulait face à la victoire des Alliés, marquant ainsi la fin de la Seconde guerre mondiale en Europe. Toutefois, pour les déportés – dont la plupart mettront encore des semaines à rentrer au pays –, la fin de la guerre ne signifie pas la fin de leurs souffrances. Après l’expérience de la déportation, retourner à une vie normale est une épreuve difficile. Les survivants garderont longtemps des séquelles de leur vécu concentrationnaire. Si l’opinion publique prend progressivement conscience de ce qu’a été leur sort dans les camps, l’attention est surtout focalisée sur les Résistants. Dachau ou Buchenwald deviennent les symboles de la déportation et la singularité des centres de mise à mort est occultée.

La découverte des camps nazis est un choc immense, mais son impact est de courte durée. Dans le contexte du retour à la normale qui caractérise les années d'après-guerre, les rescapés des camps vont refouler leurs souvenirs et, dès le début des années 1950, leur parole s’estompe. Ce constat est encore plus vrai pour les rescapés juifs. Au sortir de la guerre, ils sont pour la plupart démunis, isolés, sans travail et leur état physique et psychique est catastrophique. Leur priorité est de se reconstruire et de reprendre pied dans un monde auquel ils ont été brutalement arrachés.