Sommaire, résumés et textes intégraux du n° 102 - Fondation Auschwitz
Présentation de la Revue
Dossier : Criminels politiques en représentation. Arts, cinéma, théâtre, littérature, médias

Coordonné par Philippe Mesnard et Yannis Thanassekos

 

Philippe Mesnard : Éditorial (PDF)

 

Littérature

Albert Mingelgrün : La figure du bourreau nazi au tournant du XXIe siècle : quelques variations littéraires (PDF)

  • Face à l’importance – au moins quantitative, ces dernières années – des publications touchant à la figure du bourreau nazi tant par le biais de fictions que par celui des réflexions historiques sur la question et contrastant avec le nombre relativement peu élevé des parutions en la matière au cours des décennies précédentes, j’ai tenté d’interroger le sens de cette disparité sur fond d’examen d’un échantillonnage représentatif, privilégiant le versant fictionnel tel qu’il s’exprime au fil d’inspirations diverses. Pascal avait parlé en son temps du bon usage des maladies ; paraphrasant cette formule, le relevé proposé ici, loin d’être exhaustif naturellement, vise simplement à traiter du bon, voire du mauvais, usage de la mémoire…

 

Anneleen Spiessens : La mise en scène du bourreau. Jean Hatzfeld et Gilbert Gatore (PDF)

  • L’article présent est consacré à deux ouvrages sur le génocide rwandais : Une saison de machettes de Jean Hatzfeld et Le passé devant soi de Gilbert Gatore. La littérature et même la fiction s’imposent aux deux auteurs pour témoigner de cette période tragique et représenter la violence extrême des massacres. Ils n’ont d’ailleurs pas hésité à donner la parole au bourreau. Nous étudierons la mise en scène du tueur dans les ouvrages cités selon deux perspectives. Seront analysées en premier lieu la spécificité de la parole du bourreau, son attitude à l’égard de la mémoire et de la vérité et les difficultés inhérentes à son témoignage. Nous évoquerons ensuite le bourreau comme personnage littéraire en analysant les procédés narratifs mis en place et la position de l’auteur dans le récit.

 

Charlotte Lacoste : Fiction, diction et génocide (PDF)

  • La Littérature entendue comme un (prestigieux) lieu de production du faux (fiction) et/ou du beau (diction) s’est révélée être, tout au long du XXe siècle, un médium propice aux falsifications de l’Histoire, notamment celle des guerres et des génocides. Une analyse du Passé devant soi de Gilbert Gatore (2008), roman récemment primé qui a pour décor le génocide des Tutsi du Rwanda et pour thème la souffrance à nulle autre pareille… du génocidaire, montre que l’on n’en a pas fini avec ces entreprises de révisionnisme littéraire.

 

Georges Tyras : Rafael Sánchez Mazas ou la sale mine du « récit réel » (sur Les soldats de Salamine, de Javier Cercas) (PDF)

  • Soixante-dix ans après la fin de la guerre civile espagnole, la représentation d’un personnage appartenant au camp des vainqueurs n’est pas une pratique courante dans la littérature espagnole. C’est Javier Cercas qui, avec Les Soldats de Salamine, intronise protagoniste romanesque un membre notoire du clan des vainqueurs de la guerre civile espagnole, le fasciste Rafael Sánchez Mazas, cofondateur de la Phalange et auteur d’innombrables articles et conférences vantant les mérites du régime franquiste. Mais ce riche aristocrate, plus attiré par l’écriture que par l’action, s’impose-t-il comme le héros du livre que Cercas lui consacre ? Une analyse du portrait qu’en fait le récit, ainsi que de celui concernant le républicain exilé Miralles, censé le contrebalancer dans la dernière partie du roman, montre qu’il n’en est rien. Aux figures de Sánchez Mazas et de Miralles se superpose, jusqu’à quasiment les recouvrir, l’imposante silhouette du narrateur, dont c’est au fond le travail d’enquête et d’écriture qui est érigé en protagoniste véritable du roman. Atténuant sa portée axiologique et prenant le pas sur elle, la dimension littéraire du texte impose une réflexivité à triple détente, qui vaut pour la structure narrative, pour les procédés d’écriture, et pour le personnel romanesque. Les Soldats de Salamine s’avancent masqués.

 

Cinéma

Nancy Berthier : De Franco ese hombre de José Luis Sáenz de Heredia à Caudillo de Basilio Martín Patino, une histoire de détails

  • Quelques années avant la mort de Franco, le cinéaste Basilio Martín Patino réalise dans la clandestinité un film de montage sur la biographie du chef de l'État, Caudillo. Ce long métrage fait date dans l'histoire des représentations de Franco, en proposant pour la première fois dans l'histoire du cinéma espagnol une représentation alternative, dissidente même, de la biographie du Général. Patino fonde son discours sur une esthétique du détail qui, au moyen d'un montage tant visuel que sonore, démonte de l'intérieur les mécanismes discursifs de la propagande franquiste tels qu’ils s’étaient incarnés dans le film de propagande réalisé en 1964 par José Luis Sáenz de Heredia, Franco, cet homme (Franco ese hombre). L'intérêt de Caudillo, outre son caractère pionnier, réside dans le fait qu'il utilise les armes de l'ennemi pour mieux les retourner contre lui. De sorte que tout se joue au niveau du détail, qui prend place au sein d'une esthétique de la subversion.

 

Alain Kleinberger : La grimace du bourreau. Représentations cinématographiques du tortionnaire nazi (PDF)

  • Le cinéma est-il condamné à ne donner du bourreau nazi qu'une représentation caricaturale ? Dans cet article, en évoquant un certain nombre de films de fiction qui proposent des représentations plus ou moins documentées, plus ou moins convaincantes, des criminels nazis, on tâche d’apporter des éléments de réponses à cette question tout en interrogeant l’étrange complicité que le cinéma continue à nouer avec ces sinistres personnages. L'analyse concerne en particulier Hitler Beast of Berlin (Sam Newfield, 1939), l'un des premiers films américains à situer son action dans un camp de concentration allemand, et le célèbre film d'Andrzej Munk, La Passagère (1963).

 

Théâtre

Annick Asso : La mise en scène des bourreaux dans L’instruction de Peter Weiss (PDF)

  • Dans L’Instruction créée en 1965, Peter Weiss allie la dramaturgie documentaire à la forme de l’oratorio pour confronter les victimes d’Auschwitz à leurs bourreaux. À partir des archives des procès de Francfort, le dramaturge relate le processus d’extermination, de l’arrivée au camp jusqu’aux chambres à gaz. Les bourreaux d’Auschwitz au nombre de dix-neuf comparaissent sur scène pour répondre de leurs crimes. Au théâtre, Peter Weiss utilise la technique du « noir et blanc » afin qu’aucune marge d’erreur ne puisse subsister en ce qui concerne l’interprétation finale des actes jugés. La pièce ne se termine pas dans le sens où c’est au spectateur de formuler le verdict final. La problématique se déplace d’ailleurs à la fin de la pièce : au-delà de la question de la culpabilité évidente des bourreaux, Peter Weiss s’interroge sur la qualification des actes – dans la mesure où seule l’accusation pour meurtre avait été retenue à Francfort – et partant sur les instruments juridiques à élaborer pour juger le crime de génocide.

 

Christian Biet : De l’intérêt des bourreaux dans la tragédie de martyre (PDF)

  • Mettre en scène un bourreau, au théâtre, c’est figurer un couple et rendre compte d’une dynamique. C’est, en tout premier lieu, présenter, face à la figuration de la victime, un personnage-repoussoir (le bourreau) qui permet, chez les spectateurs, le déclenchement de l’horreur et de l’indignation, et simultanément un renfort de compassion pour la victime, voire d’admiration pour sa manière d’aborder la souffrance infligée. Le théâtre de la fin du XVIe siècle et du début du XVIIe aide à mieux comprendre cette dynamique.

 

Artistes

Patrick Javault : Double portée

  • En affublant cinq de ses célèbres chats anthropomorphes de la moustache et de la mèche de Hitler, Alain Séchas a semble-t-il endossé l'habit de l'artiste engagé. Un examen plus attentif devrait nous convaincre que ce qui est en jeu à travers « Enfants gâtés » est moins la dénonciation du néo-nazisme, qu'une réflexion profonde sur les rapports entre la forme et la formation, l'acte créateur et sa portée.

 

Jean-Marc Cerino : Carré brun sur fond blanc

 

Bande dessinée

Catherine Ojalvo : Figures et dess(e)in du bourreau khmer rouge dans les œuvres de Séra (PDF)

  • La bande dessinée, a priori considérée comme un « art mineur » peut-elle soutenir et endosser une fonction testimoniale au même titre que des textes produits par Antelme, Kertesz ou Levi ? C'est la validité de cette interrogation, plus particulièrement centrée sur la représentation des bourreaux, que nous nous proposons de développer dans cette contribution en nous appuyant sur les productions de Séra, auteur franco-cambodgien de bande dessinée, mais aussi peintre et sculpteur. Nous détaillerons deux extraits des trois bandes dessinées qui constituent un ensemble relatant différentes périodes du régime khmer rouge au Cambodge. De quelle manière peuvent être représentés les bourreaux khmers rouges, que nous est-il montré d'eux, de leurs gestes, de leurs corps, de leurs victimes dans le geste précis du dessinateur Séra ? Un autre (nouveau ?) plan de perception s'ouvre alors pour le lecteur de ces images mises en récit. Quelque chose serait en rapport avec le caractère irréfragable des actes posés par les bourreaux, des éléments qui nous seraient donnés à voir alors que l'on n'aurait jamais dû et/ou pu y avoir accès...

 

Médias

Claudia Feld : Entre visibilité et justice : les témoignages télévisuels des ex-agents de la répression en Argentine

  • Cet article porte sur les déclarations des anciens agents de la répression (represores) liés à la disparition de personnes durant la dernière dictature militaire en Argentine (1976-1983). En 1995 des émissions télévisées des chaînes argentines invitent des bourreaux – alors impunis – pour les faire témoigner de leur participation à la répression. Ceci déchaîne, de la part des victimes et de la société, des attentes de vérité et de repentir. Bien que ces attentes soient, pour la plupart, frustrées – les bourreaux soutiennent un discours négationniste ou affirment que, soumis aux mêmes conditions, ils agiraient exactement pareil –, la télévision parvient à présenter ces déclarations comme des confessions et des repentirs. Cependant, ces déclarations ainsi que les faits qui les ont accompagnées ont permis d’ouvrir une brèche dans le silence qui s’était emparé de la société et dans l’impunité dont bénéficiaient ces mêmes agents de la répression. Cet article examine la manière dont sont présentés ces témoignages à la télévision et s’interroge sur les enjeux mémoriels et éthiques liés à ces déclarations.

 

Robert N. Kraft : Considérations sur les témoignages des criminels : comment les commissions vérités contribuent au genre des témoignages filmés (PDF)

  • La plupart des témoignages filmés, recueillis et catalogués dans les archives audiovisuelles sont des témoignages de personnes ayant été persécutées. On imagine bien qu'il soit d'ordinaire difficile d’obtenir les confidences de criminels. Par le truchement des « commissions vérité » mises sur pied dans le but de résoudre des conflits nationaux (telle celle qui se déroula avec succès en Afrique du Sud de 1995 à 2001), des confessions détaillées et librement consenties ont pu être enregistrées en échange d'une amnistie pour les crimes commis. Ces aveux, que l'on n'aurait pu obtenir autrement, s'avèrent susceptibles de mener à une compréhension plus complète non seulement des crimes, mais des criminels eux-mêmes.

 

 

Filmographie

Vincent Lowy et Bruno Della Pietra : Bourreaux et tortionnaires à l’écran. Petite filmographie (PDF)

 

 

Varia

Daniel Weyssow : « À la recherche du père é-perdu ». Texte-dessins de Sarah Kaliski (PDF texte) (PDF images)

La Revue est disponible en ligne sur 
openedition.org


revues.org

 
Nos activités sont soutenues par :logo loterie fr logo_fwb   cocof          Nous sommes membre du BCH : 

Contact

Fondation Auschwitz – Mémoire d'Auschwitz ASBL
Rue aux Laines, 17 boîte 50 – B-1000 Bruxelles
   +32 (0)2 512 79 98
   info@auschwitz.be
Bureaux ouverts du lundi au vendredi de 9 h 30 à 16 h,
accès de préférence sur rendez-vous.
twfbytin

Devenir membre

Pour devenir membre de l'ASBL Mémoire Auschwitz, participer à ses activités et soutenir ses actions, il suffit de nous contacter et de verser la somme de 40,00 € sur le compte IBAN : BE55 3100 7805 1744 – BIC : BBRUBEBB.
Tout don supérieur à 40 € donnera lieu à une exonération fiscale pour les contribuables belges.

S'abonner

à notre newsletter en français
captcha 
J'accepte la Politique de confidentialité
Le site Internet de la Fondation Auschwitz et de l'ASBL Mémoire d’Auschwitz utilise des cookies pour faciliter la navigation sur ce site web et permettre l’utilisation de ses fonctionnalités. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.